FANDOM


FR Krypton Blog Header

Après Smallville, la série à succès qui retrace l'histoire de Clark Kent avant de devenir Superman, les fans du survivant kryptonien ont l’occasion d’en savoir plus sur les origines du super-héros dans Krypton. Pour les nouveaux qui découvrent l’univers de DC, rassurez-vous, il n’y a pas besoin d’être un grand féru de l’univers pour suivre et comprendre la nouvelle série de Syfy. Quant aux vrais fans, ils peuvent être tranquilles puisqu’aux côtés de Damian Kindler (Stargate SG-1) se trouve David S. Goyer à l’écriture, une personnalité familière à DC (connu des cinéphiles pour avoir co-écrit “Batman Begins” et les deux suites de la trilogie ainsi que “Man of Steel” et “Batman v Superman”). De quoi assurer les références de qualité.
J’ai regardé la saison 1 et voici ma critique.


Krypton - saison 1 "Le plus grand héros" Bande-annonce Final VOSTFR (2018)

Krypton - saison 1 "Le plus grand héros" Bande-annonce Final VOSTFR (2018)

*Les sous-titres français sont disponibles dans les options de la vidéo*

L’histoire se déroule sur Krypton, la planète d’origine de Kal-El (Superman) et Kara-El (Supergirl), environ 200 ans avant la destruction de la planète. À cette époque, la Maison des El est couverte de honte et réduit au statut de sans rang après que le chef de la Maison, Val-El (Ian McElhinney), refuse de prêter allégeance à la Voix de Rao (Blake Ritson), la grande figure religieuse de la ville de Kandor et autorité légitime de l’État. Il prévient également le peuple de Kandor d’un grand danger extraterrestre qui pèse sur Krypton.
Quatorze ans plus tard, Seg-El petit-fils de Val-El et futur grand-père de Kal-El (Cameron Cuffe), reçoit la visite d’Adam Strange (Shaun Sipos), un terrien venu du futur grâce à un téléporteur appelé Zeta-beam. Adam l’averti du fait qu’un être du futur vient pour détruire Krypton, ce qui empêcherait la naissance du petit-fils de Seg, le plus grand super-héros de l’univers connu sous le nom de Superman.

Bien qu’on connaisse tous le sort tragique de Krypton, l’histoire n’en est pas moins captivante. Les scénaristes se sont laissés une grande marge d’écriture en se concentrant sur Seg-El et son grand-père plutôt que Jor-El, le père de Kal-El. Superman est utilisé comme fil conducteur de façon remarquable. Bien qu’il n'apparaisse pas dans la série, sa cape sert de constant sablier qui nous en dit beaucoup sur l’évolution de la série et la réussite de Seg-El.

La série commence fort. Alors qu’ils auraient pu débuter par une première saison entièrement centrée sur le fonctionnement de la société kryptonienne et la conquête du pouvoir au sein de celle-ci, les scénaristes ont choisi de ne pas prendre le risque d’ennuyer le public. En effet, cette saison introduit un super méchant non-inconnu, Brainiac (ou le collectionneur des Mondes), qui s’avère être le grand méchant de la saison.
Bien qu’il y ait d’autres méchants, Brainiac est le seul muni de pouvoirs dans la série car, rappelons-le, les kryptoniens vivant sous le soleil rouge n’ont pas de super-pouvoirs ne pouvant pas absorber les radiations émises par le soleil jaune de la Terre.
L’interprète de ce personnage avare de connaissances et de pouvoir, Blake Ritson (Da Vinci's Demons), incarne parfaitement son rôle. Les 4 à 7 heures de préparation pour entrer physiquement dans la peau de l’antagoniste n’auront pas été en vain car le rendu est plus que satisfaisant.

Krypton La Critique 1

Le jeu des acteurs et actrices en général est de bonne qualité malgré un Seg-El qui manque un peu de charisme à mon goût. Dans cette série dramatique, d’aventure et d’action, Adam Strange apporte la petite touche de comédie nécessaire. Le personnage qui se présente en premier lieu comme un héro semble finalement avoir quelque chose à se prouver : qu’il n’est pas un incapable et qu’il peut être quelqu’un d’autre que celui qui abandonne lorsque les choses deviennent difficiles. Ce qui apporte de la personnalité au personnage.
Adam Strange est un peu la bonne surprise de la série puisque bien qu’on connaisse tous le sort tragique de Krypton, on ne s’attendait pas forcément à voir l’archéologue terrien débarquer chez les kryptoniens pour alerter Seg-El des dangers qui menacent sa planète et son futur petit-fils.

Krypton La Critique 2

S’il est simple de s’attacher à certains personnages comme Seg, son meilleur ami Clem ou encore Ona, la protégée de Clem ainsi que de détester des personnages comme Brainiac et Daron-Vex, éternelle égoïste, certains personnages suscitent en nous des sentiments contradictoires. Les scénaristes prennent un malin plaisir à jouer avec nos sentiments envers la manipulatrice, Nyssa-Vex. Il est difficile de complètement la détester surtout lorsque son père est impliqué.
Il faut également reconnaître que l’intrigue autour de Primus Jayna-Zod est intéressante, bien que pas très originale. Tout au long de la saison, on assiste au tiraillement d’une mère qui est partagée entre ses obligations et les principes qu’elle défend et l’amour qu’elle porte pour sa famille. Un problème auquel elle est confrontée depuis toute petite. Un scénario qu’on devrait continuer à explorer dans la saison 2.

Dans ce prequel de Superman, la maison des Zods est à une place particulièrement importante. Les créateurs de Krypton ont décidé de s’écarter des représentations des Zods dans les comics, films et séries en choisissant des acteurs noirs. Le girl-power est également au rendez-vous notamment avec Lyta et Jayna-Zod. L’un des principes de leur maison étant “We never ask for mercy” (“Nous ne demandons jamais pitié”), les deux femmes inspirent le respect à Krypton et ne manquent pas de courage. Une situation très rafraîchissante. À ce duo s’ajoute Nyssa-Vex qui ne se laisse pas non plus marcher sur les pieds ainsi que d’autres personnages féminins que vous pourrez découvrir tout au long de la saison. Il est dommage que la mère de Seg soit si vite écartée du scénario au vu du sacré tempérament qu’elle semblait avoir et du potentiel du personnage.
Beaucoup de fans de Kara-El se plaignent qu’il n’y ait aucune référence à Supergirl. Pour ma part, je n’ai pas ressenti le manque de référence. Cela ne m'empêche pas d’espérer que dans une saison prochaine, la cousine de Clark Kent soit référencée de façon subtile et efficace et non pas en la référençant pour la référencer.

Krypton La Critique 3
Krypton La Critique 4
Krypton La Critique 5
Krypton La Critique 8

Alors qu’il se bat pour rétablir l’honneur de sa famille et sauver son monde bien-aimé du chaos, Seg entretient une relation secrète et défendue avec Lyta-Zod. Une relation elle-même qualifiée de “Roméo et Juliette de l’espace” par les créateurs de la série. On aurait pu pardonner le manque d’originalité de la situation si seulement il y avait une bonne alchimie entre Cameron Cuffe et Georgina Campbell. J’ai trouvé leur scènes d’intimité clichées et ennuyeuses. Les scénaristes ont choisi de mettre en place un triangle amoureux qui se transforme très rapidement en situation à quatre.

Visuellement riche, la série se déroule dans des lieux assez sombres (gris foncé et teintes de marrons), ce qui annonce la couleur de la série et rappelle le destin inévitable de la planète. Il est tout de même intéressant de remarquer le contraste de certains lieux. La chambre de Genèse, salle qui aide à la conception d’enfants et porte l’avenir a, par exemple, des couleurs plutôt claires (gris clair et blanc). Les costumes sont également taillés dans des couleurs sombres.
Côté effets spéciaux, on pourrait les qualifier de dignes d’un long-métrage. La technologie à Krypton toujours décrite comme très avancée est honorée par la chambre de Genesis, les skimmers, les armes et bombes intégrées au corps. Il est cependant regrettable de constater un manque d’imagination de part l’aspect familier des lieux créés en général. Plutôt qu’une planète “alien”, on pourrait se croire sur Terre à une autre époque futuriste et dégradée. C’est comme si Krypton ne parvenait pas à faire de sa planète et sa société un environnement suffisamment non terrestre.

Krypton La Critique 6

Toutefois, les fans de Superman seront heureux de retrouver la Forteresse de Solitude. Déjà impressionnante en elle-même, l’entité d'intelligence artificielle qui apparaît sous la forme de Val-El relève encore le niveau de la pièce. L’EIA sert de guide à Seg mais aussi à Adam et s’avère souvent utile. C’est un lieu régulier dans cette première saison. L’oracle dans la chambre de genèse a également une grande place dans la société de Krypton dont vous découvrirez l’utilité tout au long de la saison.

Krypton La Critique 7

Saluons aussi le fait que la série traite de sujets importants de façon subtile avec par exemple la question de la foi ou encore la violence des autorités envers les minorités.
Un dernier point positif pour ceux qui souhaite regarder la saison d’un coup, le générique est très court.

En conclusion, je dirai que ces 10 premiers épisodes d’une quarantaine de minutes chacun ont su me convaincre et me fidéliser malgré quelques points à améliorer. Les références feront sourire les amateurs de DC sans perdre les personnes moins familières à l’univers. Tout en action, la saison 1 raconte les origines de Superman et le fonctionnement de Krypton avec brillo. Elle se termine sur plusieurs grands cliffhangers, peut-être un peu trop. Les scénaristes ont mis le paquet pour assurer le retour des téléspectateurs pour la deuxième saison. En tout cas, Krypton sera de retour sur SyFy en 2019 pour une deuxième saison et je serai là pour regarder. La série est inédite dans les pays francophones mais ça ne saurait durer.

Allez-vous regarder la première saison de Krypton ?
 
3
 
3
 
6
 
1
 
3
 
1
 

Ce sondage a été créé le juillet 30, 2018 17:11 et 17 personnes ont déjà voté.

Fait amusant : L’acteur qui joue Adam Strange a fait une brève apparition dans Smallville en tant que très brève aventure de Chloé dans Adrénaline (Saison 2, Épisode 14).

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .